"Dites-moi tous les animaux qui vous viennent à l'esprit en une minute". Il s'agit d'une livraison de test typique de Aisance sémantique, présent dans différentes batteries pour le développement et l'âge adulte (BVN, BVL, NEPSY-II pour n'en citer que quelques-uns). Le test est rapide à administrer (une minute par catégorie) et, peut-être aussi pour cette raison, est largement utilisé dans les évaluations neuropsychologiques. Mais que mesure-t-il exactement ?

Certes, pour réussir un test de fluidité sémantique, il est nécessaire d'en avoir un bon entrepôt lexical et sémantique d'où tirer les mots justes. L'entrepôt seul, bien sûr, ne suffit pas. Il faut y ajouter la possibilité de y accéder avec une relative facilité

Un autre élément important est celui de stratégie à adopter : il y a ceux qui, une fois identifié un insecte (ex : « mouche »), continuent avec des éléments de la même classe (« guêpe », « frelon », « abeille ») avant de s'épuiser et de passer à un autre ensemble d'animaux aux caractéristiques similaires ("perroquet", "pigeon", "aigle"); il y a ceux, par exemple, qui préfèrent utiliser une stratégie phonologique ("chien", "canari", "colibri", "cormoran", "crocodile").


Vous devez également rester dans mémoire les réponses déjà données pour éviter les répétitions.

Enfin, les tests d'aisance portant généralement sur deux catégories sémantiques (par exemple, « Aliments » et « Animaux ») et deux catégories phonologiques (par exemple, « Mots commençant par S » et « Mots commençant par F »), il est essentiel d'avoir suffisamment de cadeaux de flexibilité afin de ne pas rester coincé dans un sous-groupe d'une même catégorie (par exemple, ne pas pouvoir dire autre chose que des insectes pour la catégorie "Animaux") ou dans le passage d'un test à un autre (il arrive, par exemple, que certains enfants et adultes, dans le test "Dis-moi tous les mots qui commencent par un S" continuent de dire uniquement des animaux comme "Serpent", "Scorpion", etc.).

De ce point de vue, c'est un test très "sale" qui ne mesure pas une fonction spécifique, mais est affectée par l'efficacité (ou l'inefficacité) de plusieurs fonctions. Certaines études, dont une italienne de Reverberi et ses collègues [1], ont tenté d'identifier des sous-composantes au sein du test de fluidité sémantique et la manière dont celles-ci peuvent se manifester dans différents types de troubles (de La maladie d'Alzheimer aux différentes variantes de l'aphasie progressive Primaire).

Alors pourquoi l'utiliser ? D'abord parce que, chez l'adulte, diverses pathologies dégénératives peuvent se manifester dans un premier temps avec une diminution du dépôt lexico-sémantique et/ou de l'accès relatif. Nous avons donc un test qui peut être administré en peu de temps et qui peut nous donner une première information sur l'état de santé de cette composante linguistique. De plus, pour l'adulte, des tests plus complexes ont été développés, particulièrement indiqués pour ceux qui ont une formation supérieure, comme les fluences alternées de Costa et ses collègues [2]. De plus, bien qu'il soit très difficile d'identifier les sites lésionnels à partir de ce test, on sait qu'en général les difficultés de fluences phonologiques verbales sont davantage liées à des lésions frontales, tandis que un petit nombre de réponses aux fluences sémantiques est en corrélation avec des dommages liés au lobe temporal [3].

Bibliographie

[1] Reverberi C, Cherubini P, Baldinelli S, Luzzi S. Fluence sémantique : bases cognitives et performances diagnostiques dans les démences focales et la maladie d'Alzheimer. Cortex. Mai 2014, 54 : 150-64. doi: 10.1016 / j.cortex.2014.02.006

[2] Costa A, Bagoj E, Monaco M, Zabberoni S, De Rosa S, Papantonio AM, Mundi C, Caltagirone C, Carlesimo GA. Standardisation et données normatives obtenues dans la population italienne pour un nouvel instrument de fluidité verbale, le test de fluidité alternée phonémique/sémantique. Neurol Sci, mars 2014, 35 (3) : 365-72. doi: 10.1007 / s10072-013-1520-8

[3] Henry, JD et Crawford, JR (2004). Une revue méta-analytique des performances de fluidité verbale à la suite de lésions corticales focales. Neuropsychologie, 18 ans(2), 284-295.

Commencez à taper et appuyez sur Entrée pour rechercher

erreur: Le contenu est protégé !!
accès privilégié aphasieanalyse de la parole